L’Institut de Locarn se rebaptise

En 1994, l’Institut de Locarn avait été béni par Dom Le Gall, père-abbé de l’abbaye de Kergonan, sous les yeux de l’archiduc Otto de Habsbourg, député européen d’extrême droite, surtout connu pour ses liens avec l’Opus Dei. « L’Europe ne pourra s’unifier face aux forces du mal qui essaient de la diviser si l’esprit n’est pas en nous », avait déclaré dom Le Gall, aussi « nous bénissons Dieu de nous avoir donné Locarn. Et si nous Le bénissons, soyons sûrs qu’Il nous bénira. »  Ainsi le pieux « collège de stratégie », grassement subventionné sur fonds publics, avait-il débuté sa mission pour la plus grande gloire de Dieu et de la nation bretonne symbolisée par ses drapeaux, le gwenn-ha-du et la croix noire. 

Le lendemain, une messe à la gloire du fondateur de la PanEurope (représentée par Otto de Habsbourg) avait sidéré le journaliste du Monde qui évoqua l’homélie du prêtre « un peu trop à la gloire des collaborateurs bretons pendant la Seconde Guerre mondiale… ». 

Les fondateurs de l’Institut de Locarn, lobby fondé pour faire de la Bretagne une région autonome, enfin libérée du poids de la France « jacobine », avaient pour but de « préparer l’Europe du troisième millénaire en la fondant sur les régions historiques — la Bretagne, la Flandre, la Bavière, la Catalogne, etc. — dont on aura préalablement renforcé l’intégration économique et spirituelle », comme le notèrent les courageux journalistes qui menèrent enquête sur ces « croisés d’un nouvel âge ». 

La réputation sulfureuse de cet institut « fédérant sous une même bannière nationalistes bretons, lobbies patronaux régionalistes et partisans de la nouvelle évangélisation » ne l’a pas empêché d’avoir le soutien de Jean-Yves Le Drian (alors socialiste) et de l’actuel conseil régional (qui semble encore se prétendre socialiste). 

Un petit toilettage s’imposait, à commencer par le nom (vieille stratégie bien étudiée par les analystes des propagandes).

Exit l’Institut de Locarn, surgit Keréden : oui, en toute modestie, le village du paradis, Eden Village, où Dieu pourra continuer de bénir ceux qui Le béniront.

Glon, l’ex-président, symbole de l’agroalimentaire ,et Le Roch, le fondateur, symbole de la grande distribution, remercient désormais le Seigneur sous les auspices de l’écologie. L’équipe qui a pris la direction de l’Institut entend poursuivre les actions du Centre de prospective économique en les appuyant sur un centre touristique permettant de valoriser la Vallée des saints (autre création liée à l’Institut de Locarn). C’est un Breizh Ecolodge Hôtel (ce savant alliage de breton surunifié et d’anglais globish sanctifiant le règne de la Breizh Touch) qui accueillera désormais les participants aux séminaires sur le campus – car, oui, ce pieux établissement a désormais statut de campus… aussi incroyable que cela puisse paraître, la Région a délégué à l’Institut de Locarn la formation des cadres en recherche d’emploi. En 2012, une nouvelle association a été déclarée, l’« Institut Jules-Verne de prospective et de projets innovants », ayant pour objet la formation d’étudiants « à fort potentiel ». Il s’agit bien, selon la stratégie de l’Opus Dei, de former les élites. Pour qu’à leur tour elles servent le projet de faire advenir une Bretagne enfin libérée.

Vous pouvez visiter le Keréden en utilisant le lien 

https://institut-locarn.bzh

L’extension internet .bzh créée sur le modèle du .cat inventé par les nationalistes catalans pour symboliser leur indépendance symbolise l’appartenance de Keréden au futur Eden de la nation à reconquérir.  

Les Bretons se savent-ils enrôlés dans cette grande croisade ?

Ce contenu a été publié dans Au fil des jours. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.